Archives quotidiennes :

L’Herbe fête les trente ans de la renaissance des pinasses à voile

.

Fête du village de l'Herbe Août 2013.

Article de Bernadette Dubourg, Sud-Ouest du 22 Août 2013 :
Cap-Ferret : l’Herbe accueille la fête des pinasses à voile

Cap-Ferret - l’Herbe accueille la fête des pinasses à voile - Sud-Ouest du 22 Août 2013

.

J’espère que la météo n’aura pas trop perturbé la fête
et que la presse locale nous fera très bientôt
un compte rendu de cet anniversaire sur l’eau …

.

A lire :

– l’article d’Hervé Radou, dans Sud-Ouest du 27 Août :
Les fêtes de l’Herbe ont retrouvé leur âme

– l’article « Trente ans de régates en pinasse »,
dans la Dépêche du Bassin du 05 au 11 Septembre

.

Régate du Canon : la Teychine chavire, D’Jack raconte…

.

Régate du Canon

Equipage, de la poupe à la proue :
Jacques De Witte
Fabrice Gelibert
Henri Bernard Rougier
Eric Larrieu
Thomas Jaulard
Thierry Katselis
Eric Abguillerm

.

ooOoo

.

À peine une semaine après notre équipée d’Arcachon, une nouvelle aventure nous attendait en cette magnifique journée du samedi 17 aout 2013, pour la saint Hyacinthe, et les 70 ans de Robert de Niro.

Cette régate s’inscrivait dans les fêtes du village du Canon, qui fait partie de la commune de Lège-Cap-Ferret. BLOG ASSO-DSC_24668-le Canon pendant régate du 17 Août 2013Adorable village ostréicole et de pêcheurs, dont l’une des originalités tient à sa création artificielle. Il aurait été fait accumulations successives de strates de coquilles d’huîtres, comblant peu à peu la baie naturelle de départ, entre dune Océane et Bassin, au cours du 19° siècle. (1)
La deuxième originalité lui a donné son nom. L’histoire admet deux versions, la première dit que le canon que l’on peut admirer sur la place de la mairie, estampillé d’un bonnet phrygien sur sa culasse, aurait été installé à cet endroit pour défendre la côte des possibles intrusions anglaises au cours des guerres napoléoniennes. Une autre que ce canon aurait été saisi par un bâtiment anglais en 1812 et seulement récupéré ensuite sur la plage. (2)
BLOG-DSC_22734-cabane interdite aux belles-mères le CanonEnfin Marion aurait trouvé une originalité plus récente et unique, sinon inique. Le Canon serait le seul village de France interdit aux belles-mères !
Pour nous, ce fût… rapide comme un coup… de canon !!
Et pourtant, il en a mis du temps à se décider, ce départ. Même que la ligne ne cessait de varier, entre le fameux bateau comité et la « poubelle de mer ». Éole faisait-il la sieste sur la dune toute proche du Truc Vert ?
Mais cela nous a permis d’apprécier encore plus les qualités d’accueil de nos hôtes. Au fait, quelqu’un sait comment s’appellent les habitants du Canon ? Les canonniers, les canonisés, les canotiers, les très-beaux ?

Des tentes étaient dressées au début de la rue… Sainte Catherine, non loin de la jetée, face à la plage bordée des parcs et où s’étaient amarrées, ancre au cul, les pinassottes en rang d’oignons, striant joliment le sable de leurs pavois colorés et bigarrés.BLOG ASSO-DSC_24584-rassemblement pinassottes pour régate le Canon 17 Août 2013
Un apéritif, suivi d’un repas aux équipages des bacs à voiles, monotypes, canots-mixtes, loups et pinassottes a joyeusement animé l’esplanade. Moments précieux de rencontres et d’échanges entre équipages. Une fanfare rythmait les conversations bruyantes. On pouvait entendre quelques casse-berles s’alpaguer gentiment entre équipages de rivages opposés. Gonzes et gonzesses revêtus de l’uniforme spécifique de leur pinasse, chacun pouvait encore à ce stade facilement repérer amis et ennemis. Et on entendait s’échanger des racontars et autres histoires, qu’on gambeyait de part et d’autre des tablées, entre deux gobages de moules et enfournées de frites. Et il s’en est conté, des histoires, à force que le Comité de Course counillait.

BLOG ASSO-DSC_24630-la Teychine départ pour régate le Canon 17 Août 2013DSC_0422-régate le Canon 2013 photo S DuvignauHeureusement qu’avant d’être complètement estourbis par le cagnard et le bon vin, s’en est enfin venu le fameux « briefing ». L’officier en charge, Bernard, s’en est tiré parfaitement, et nous étions peu de temps après tout à fait préparés à remplir notre mission.
J’aurais du me méfier d’emblée d’un parcours banane, dans un village qui porte un nom pareil.
Nous, le fier équipage de La Teychine, à peine remis des émotions arcachonnaises, enfin affûtés aux manœuvres, nous avons pris un départ presque impeccable, amarrés à un magnifique canot (merci à son équipage !), et filé comme une balle et déboulé pas derniers à la première bouée.

Cette bouée rouge, nous l’avons bel et bien virée, nous nous apprêtions à relancer l’animal, quand la drisse a lâché et tout à trac Fabrice a tenté de choquer l’écoute, j’ai bien essayé de lofer, Eric et les autres de contre-gîter, Thierry et HB d’écoper mais, las, La Teychine a chaviré.DSC_0481-régate le Canon 2013 photo S Duvignau
C’est là que tout est parti à vau l’eau, comme l’eut dit notre bon Rabelais. Y avait plus qu’à sauter au plus vite sur la dérive, pour au moins éviter un retournement complet de situation.
Et rassembler les pièces éparpillées de ce qui était il y a encore peu notre fier destrier.
De la régate, nous n’avons plus rien vu ni connu, à notre grand désespoir.DSC_0503-régate le Canon 2013 photo S Duvignau
Dérivant plein sud sous l’effet puissant du jusant, heureusement tractés par un esquif motorisé de la Sécurité, déposés sur une belle petite plage, aidés par le prêt de forces bassines par les estivants de la jolie cabane au dessus du perré, nous avons écopé comme de bons Shadoks, malheureusement pas équipés de leur fameuse « cosmopompe ».
Après ce bain forcé, un écopage un peu long et fatiguant, la manante se faisant pressante, la majorité de l’équipage a dû repartir sans pouvoir assister à la remise des prix. Sauf moi qui décidais de rester à terre, déjà Knock-Out par cette défaite.
Nous étions certes frustrés de cette issue malheureuse, mais tout cela s’est fait dans une joyeuse ambiance et nous a permis de tirer quelques leçons utiles pour la suite de nos aventures.

Monsieur le Maire, pas d’affolement, vous n’étiez heureusement pas à bord, et cette saison, nos premiers bords, c’est juste une margagne. Promis, les prochaines, on les gagne !

.

ooOoo

.

Lexique :
(la plupart des mots de jargon local ont été pêchés sans filet
dans l’excellent lexique de Patrick Labouyrie – (3))

.
Gambeyer : verbe transitif venant de « gambier », de « gambe » qui signifie « jambe ». Terme technique maritime, gambeyer signifie faire passer d’un côté à l’autre du mât la vergue d’un gréement au tiers ou latin (voile latine) après un virement de bord. C’est une manœuvre qui permet de mettre toute la voile sous le vent du mât afin de l’utiliser à son meilleur rendement.
Pour gambeyer – avec une voile au tiers – il faut:
1. choquer la drisse de la voile,
2. libérer la bosse d’amure,
3. faire passer la bosse d’amure de l’autre côté du mât (sous le vent),
4. faire passer la vergue de l’autre côté du mât,
5. ressaisir la bosse d’amure,
6. ré étarquer la drisse.
À noter que sur certains bateaux (p. ex. les pinasses du bassin d’Arcachon) on soulève le mât pour faire passer la vergue dessous.
Cette manœuvre, s’apparente à un pas de danse, d’où son nom.

Couniller : tergiverser

Jusant : terme maritime qualifiant la période pendant laquelle la marée est descendante. Les professionnels de la mer utilisent de préférence le mot jusant à son synonyme reflux. Le synonyme ebbe n’est plus guère utilisé.

Margagne : défaut de tricot

.

ooOoo

.

(1) http://www.littoral33.com/Canon_Tourisme.htm

(2) http://www.bassindarcachon.com/histoire_locale.aspx?id=176

(3) http://patrick.labouyrie.free.fr/jargon.html

.